LES NOUVELLES

8 Septembre 2021

Journée Internationale de l’Alphabétisation

AGORA.jpg

Port-au-Prince, Le 8 Septembre 2021

 

A l’occasion de la Journée Internationale de l’Alphabétisation, le 8 septembre, la onzième édition d’AGORA s’est penchée sur la problématique de l’Alphabétisation en Haïti.


Des centaines de milliers d’Haïtiens ne savent ni lire ni écrire. Pourtant, l’article 39.2 de la constitution haïtienne fait obligation à l’État et aux collectivités territoriales de prendre toutes les dispositions nécessaires en vue d’intensifier la campagne d’alphabétisation des masses. C’est aussi la mission spécifique de la Secrétairerie d’Etat à l’Alphabétisation qui peine à quantifier la masse d’Haïtiens, enfants et adultes qui n’ont pas les bases minimum en calcul ou en lecture. Cette AGORA, Chita Pale sou Dwa Moun se propose de faire un état des lieux, en invitant les acteurs de l’alphabétisation en Haïti à évoquer les constats, les progrès et les objectifs que représente un tel enjeu pour le pays.


Si l’Union européenne a choisi cette thématique parmi les Journées Internationales liés aux Droits Humains, c’est parce que l’éducation est une priorité dans les programmes de coopération de l’UE et des Etats-membres. « C’est un élément constitutif du développement humain, un instrument important de développement... Dans le cas précis d’Haïti nous sommes tous conscients qu’il y a un besoin, des problèmes structurels, pour que l’éducation puisse remplir son rôle (...) ce qui nous a amené à envisager pour les sept prochaines années, une intervention groupée avec le Team Europe Initiative », explique en préambule Aniceto Ruiz, chef de la coopération de l’UE en Haïti.


Autour de Luckner Garraud, Renauld Govain docteur en Sciences du langage, coordonnateur du laboratoire Langue, Société, Éducation (LangSÉ) basé à la Faculté de Linguistique Appliquée (FLA) de l’Université d’État d’Haïti (UEH) et Gregory Calixte, directeur de l’Aménagement Linguistique à la Secrétairerie à l’Alphabétisation (MENFP) depuis janvier 2005, abordent la question sous l’angle académique. Le manque de statistiques ne permet pas d’évoquer un chiffre précis, mais le besoin d’alphabétisation est estimé à 4 à 5 millions d’Haïtiens, et les objectifs à court terme de la SEA à environ 1 million, explique ce dernier.

Sur le terrain, aux côtés du ministère de l’Education, l’Union européenne fait corps, comme le présente Tanguy Abittan, de l’Agence Française de Développement (AFD). « La TEAM EUROPE INITIATIVE est une initiative de l’Union européenne qui propose que les acteurs, l’Union européenne et les différentes coopérations des Etats membres, unissent leurs forces pour avoir plus d’impact sur le
terrain. En Haïti le secteur prioritaire de la Team Europe est l’Education et l’UE, l’AECID, l’AFD et l’ambassade de France, qui ont tous des programmes d’accompagnement en Haïti et font équipe pour coordonner leurs actions... Le défi que nous devons relever est de mieux travailler ensemble et avec nos
partenaires nationaux haïtiens. »


Ainsi, pour le projet Edukayiti, AFD et AECID travaillent ensemble comme l’évoque Luis Escorihuela de l’agence Espagnole de coopération et de développement :« EDUKAYITI est un projet de coopération déléguée, une initiative pour renforcer l’éducation dans le département du Sud Est. Les fonds européens et espagnol sont consolidés et peuvent faire plus pour renforcer l’accès à l’éducation grâce à la complémentarité, aux synergies, aux partages d’expériences des différents acteurs...»


Rubens AUGUSTIN de l’ONG Foi et joie, intervient à titre de pédagogue dans trois projets financés par l’Agence Espagnole de Coopération Internationale au Développement (AECID) avec pour objectif d’améliorer la qualité de l'éducation dans les départements de l'Ouest et du Sud-Est. Il convient que la tâche commence par la formation des moniteurs. Un constat qui fait l’unanimité : la formation des maitres et des formateurs et la révision des curricula, sont au centre des discussions.


Le mot de conclusion, en général donné à la presse dans les émissions Agora, est confié à Emmanuel Moise Yves, journaliste de Ayibopost, auteur d’un article très intéressant sur les programmes d’alphabétisation en Haïti. « Quelles sont les réelles avancées ? La première campagne d’alphabétisation en Haïti a eu lieu en 1947. Aujourd’hui, en 2021, il est difficile d’évaluer les progrès, parce qu’il n’y a pas de statistiques. L’absence de chiffres est l’un des principaux problèmes du secteur de l’alphabétisation.»

AGORA