LES NOUVELLES

1 1 Avril 2022

La problématique du financement des exploitations agricoles au centre de trois journées de réflexion

La problématique du financement des exploitations agricoles au centre de trois journées de réflexion  

Jean Edy Théard coordonateur du PAGAI.jpeg

PORT-AU-PRINCE, 11 Avril 2022

HELVETAS Haïti, GRAMIR, AVSF et le Konsèy Nasyonal Finansmen Popilè ( Conseil National de Financement Populaire) ont organisé les 6, 7 et 8 avril trois journées d’atelier sur le financement des exploitations agricoles paysannes. Plus d’une centaine de membres d’organisations paysannes, de représentants d’institutions financières, de représentants du gouvernement et d’experts ont participé à cette activité qui s’est déroulée au local de l’Université Publique du Sud aux Cayes (UPSAC). Plusieurs séances de formation sur la notion de crédit agricole ont été organisées à l’intention des participants. Beaucoup d’informations ayant rapport aux produits des caisses populaires et à la circulaire 113 de la BRH ont été partagées avec l’assistance. La circulaire 113 prise par la Banque de la République d’Haïti est un outil qui sert à inciter les acteurs de toute la chaîne de valeur du secteur agricole à relancer la production sur l’ensemble du territoire. Elle s’inscrit dans une démarche visant à faciliter l’accès au crédit aux entrepreneurs du secteur agricole à des taux d’intérêt préférentiels. Selon Lionel Fleuristin, Directeur exécutif du KNFP, l’objectif d’un tel événement est de « faciliter le dialogue et d’encourager la création d’une alliance entre les institutions financières et les organisations paysannes afin d’aboutir à un système de crédit adapté à l’agriculture paysanne ». Lionel Fleuristin déplore que, tout en s’accusant mutuellement, les institutions financières et les organisations paysannes soient en train de fonctionner en mode séparé alors qu’elles auraient dû être des partenaires. « Les caisses populaires jouent un rôle important dans l’économie du pays. Et étant donné le poids de l’agriculture dans l’économie rurale, les caisses populaires ont comme pour devoir de financer les exploitants agricoles de la paysannerie », selon Lionel Fleuristin. Le Directeur exécutif du KNFP a fait remarquer que les mutuels de solidarité dont la clientèle est constituée essentiellement d’exploitants paysans ont un taux de remboursement de 95%. A l’issue de cette activité de trois jours, les acteurs ont adopté un manifeste traduisant les principales revendications des paysans et les stratégies à mettre en place vue d’aboutir à un système de crédit mieux adapté. L’organisation de cet atelier de trois jours s’inscrit dans le cadre du Programme d’Appui à une Gouvernance Agricole Inclusive (PAGAI), mis œuvre depuis 2018 dans les départements du Sud et de la Grand’ Anse par HELVETAS, AVSF et GRAMIR. Ce programme financé par la Direction du Développement et de la Coopération de l’Ambassade de Suisse en Haïti vise l’amélioration de la sécurité alimentaire et le revenu des femmes et des hommes des exploitations agricoles familiales (EAF) en Haïti, grâce à une gouvernance agricole inclusive et l'accès à des services agricoles appropriés.

Danio Darius

Officier de Communication et Capitalisation d’Expériences

 

L'USAID fait don de 250 bouteilles au Ministère de la Santé d'Haïti