LES NOUVELLES

25 Octobre 2021

Le terminal pétrolier de Varreux toujours bloqué par les groupes armés

Terminal varreux haiti.jpg

PORT-AU-PRINCE, 25 octobre 2021 

L

Impossible pour les transporteurs de produits pétroliers de se rendre au terminal de Varreux depuis dimanche dernier. Ce lundi 25 octobre, encore les groupes armés qui contrôlent la zone ont barricadé tous les axes routiers qui conduisent au terminal. Tôt ce lundi, des tirs d’armes automatiques ont été entendus dans la zone jusqu’à  midi et les employés ne pouvaient pas accéder à leur poste au terminal.

Pas un seul camion-citerne n’a pu quitter le terminal hier dimanche. Pour ce lundi on doit encore attendre. La première chose à faire c’est de débloquer la zone pour que les camions puissent passer. Après il y a toujours le risque que les gens armés ouvrent le feu sur les camions… 

Le terminal de Varreux a actuellement en réserve environ 25 000 barils de gazoline et plus de 50 000 barils de diesel qui représente une consommation de deux à trois jours pour le pays.

Une cargaison de produits pétroliers arrivée à Port-au-Prince le week-end dernier n’est pas encore en mesure de livrer ses produits au terminal de Varreux à cause de la situation qui règne dans la zone.Le bateau a déjà livré du carburant au terminal de Thor.

L’Association des chauffeurs de produits pétroliers qui avait observé un arrêt de travail la semaine dernière pour exiger de la sécurité sur les routes indique avoir levé la grève. Cependant, l’Association affirme qu’elle ne pourra pas recommencer à travailler dans les conditions actuelles à Varreux.

Partout à travers le pays, les stations d'essence sont fermées depuis plusieurs semaines, certaines depuis des mois. Les gangs armés qui contrôlent une bonne partie du territoire, notamment à Port-au-Prince, bloquent les axes routiers qui conduisent aux terminaux pétroliers  et empêchent l’approvisionnement des stations de service. Une situation qui a déjà de graves conséquences sur des institutions comme les hôpitaux, les médias, les compagnies de télécommunications, entre autres.

Dans un communiqué publié le 24 octobre, les agences humanitaires des Nations Unies opérant en Haïti se disent extrêmement préoccupées par l'aggravation de la crise résultant des barrages routiers qui empêchent la livraison de carburant. Les hôpitaux et les centres de services médicaux sont particulièrement touchés.

AFP