LES NOUVELLES

9 Septembre 2021

Le CNLTP et le CNAL joignent leurs efforts pour combattre la traite des personnes

Port-au-Prince, Le 9 Septembre 2021

 

Le Comité national de lutte contre la traite des personnes (CNLTP) et le Conseil national d’assistance légal (CNAL), avec le support technique et financier du projet Bâtir un Environnement Solide pour Eradiquer la Traite des personnes financé par l’USAID, organisent conjointement du 7 au 9 Septembre 2021 une session de formation à l’intention des Avocats des Bureaux d’assistance légale (BAL) du Cap-Haïtien, des Gonaïves, de Fort- Liberté, de Port-de-Paix, ainsi que des représentants de la Fondation Je Klere (FJKL) sur "l’assistance légale aux victimes de traite et les procédures opérationnelles standard pour l’assistance aux victimes de traite des personnes".


Conscient des conséquences de ce crime pour la victime, la société ainsi que de son incidence sur l’image du pays, les institutions de protection veulent outiller les avocats afin de mieux appréhender le phénomène de traite des personnes et les procédures à suivre pour accompagner les victimes et poursuivre les auteurs.


C’est le vœu de la Directrice Générale du CNAL Me. Judy Bazile qui croit que les nouvelles connaissances acquises lors de cette formation vont aider les Bureaux d’assistance légale à mieux accompagner les victimes de traite. Elle en a profité pour remercier l’Agence des Etats Unis pour le développement international (USAID) pour son soutien technique et financier.

Le Président du CNLTP André Ibréus a rappelé que cette formation entre dans le cadre de la mission du CNLTP de coordonner la lutte contre la traite des personnes par la prévention, la protection, la poursuite et le partenariat, mais surtout de contribuer à la formation des Avocats des Bureaux d’assistance légale pour rendre effective l’assistance juridique aux victimes de traite des personnes.


M. Eugène Guillaume, Directeur du Projet BEST financé par l’USAID et mis en œuvre par la Fondation Lumos, a expliqué que le but de cette formation de trois jours est de renforcer les institutions haïtiennes pour mieux prévenir ce phénomène deshumanisant, pour mieux protéger les victimes de traite, et pour poursuivre les auteurs, co-auteurs et complices de traite des personnes.

Peu de poursuites de traite des personnes sont en cours à travers le pays alors que les dénonciations pleuvent au niveau des entités de droits humains. Cet état de fait est dû en partie à la méconnaissance du cadre légal de protection par les acteurs du système judiciaire. Attaché à son passé de leader de la lutte contre la traite négrière, l’Etat haïtien, en 2014, a renforcé son cadre légal pour prévenir toute forme d’esclavage moderne sur son territoire et s’est engagé à intensifier ses efforts pour poursuivre les cas de traite.

A travers la « Loi de 2014 sur la lutte contre la traite des personnes » et la « Loi de 2018 sur l’assistance légale », l’assistance juridique est présentée comme une nécessité pour la protection des victimes et la poursuite des trafiquants. Une nouvelle session de formation est prévue prochainement pour les juridictions de Port-au-Prince, des Cayes et de Jacmel.

André IBREUS - PRÉSIDENT CNLTP