LES NOUVELLES

9 Février 2021

La forte hausse du temps passé par les enfants et les jeunes devant les écrans suscite de plus en plus d’inquiétudes - UNICEF

UNICEF.jpg

Port-au-Prince, le 9 Février 2021

« Face au spectre de la COVID-19, des millions d’enfants et de jeunes ont vu leur vie se réduire à leur domicile et à leurs écrans. Pour beaucoup, accéder à Internet est vite devenu le seul moyen de jouer, de maintenir des relations sociales et de s’instruire.

 

« Bien que la technologie et les solutions numériques donnent aux enfants d’importantes possibilités de continuer à apprendre, à se divertir et à rester en contact avec les autres, ces mêmes outils peuvent également les exposer davantage à une multitude de risques. Bien avant le début de la pandémie, l’exploitation sexuelle en ligne, les contenus préjudiciables, la désinformation et le cyberharcèlement constituaient autant de menaces pesant sur les droits, la sécurité et le bien-être psychologique des enfants.

 

« Pour les enfants qui étaient déjà maltraités ou en difficulté – en ligne ou dans la vie réelle – le temps supplémentaire passé devant les écrans a pu accroître encore leurs souffrances. La fermeture des écoles, la distanciation physique, la réduction des services et les tensions croissantes subies par des familles déjà vulnérables ont mis à mal ou affaibli certaines des mesures de protection dont ils bénéficiaient auparavant.

 

« Parallèlement, la santé physique et psychologique des enfants suscite de plus en plus d’inquiétudes car certaines données semblent indiquer que l’augmentation du temps passé en ligne se traduit par la réduction des activités de plein air et de la qualité du sommeil et par l’aggravation des symptômes d’anxiété et des mauvaises habitudes alimentaires.

 

« Alors que nous entrons dans la deuxième année de pandémie, Internet et les technologies continueront incontestablement de jouer un rôle plus important qu’auparavant dans la vie de millions d’enfants. Cette Journée pour un Internet plus sûr est l’occasion de réinventer un monde en ligne qui soit plus sûr pour les enfants et privilégie et protège leur bien-être physique et mental. Voici comment y parvenir :

 

 

·         En coopérant avec les gouvernements de façon à sensibiliser le personnel des secteurs de la santé et de l’éducation et des services sociaux aux effets de la COVID-19 sur le bien-être des enfants, y compris aux risques accrus qui existent en ligne, ainsi qu’en renforçant les services essentiels de santé mentale et de protection de l’enfance afin qu’ils continuent de fonctionner pendant la pandémie et au-delà.

 

·         En veillant à ce que les entreprises du secteur de la technologie, y compris les sites de réseaux sociaux, mettent en place sur les plates-formes en ligne des mesures de sécurité et de protection qui soient directement accessibles aux enseignants, aux parents et aux enfants.

 

 

·         En coopérant avec des partenaires des secteurs public et privé en vue d’investir davantage dans des technologies et contenus sûrs qui favorisent un apprentissage de qualité et l’acquisition de compétences, notamment dans le cadre de l’initiative Réinventer l’éducation et de GIGA.

 

·         En aidant les parents à faire comprendre à leurs enfants les risques que présentent Internet et les technologies numériques et à faire attention aux signes de mal-être qui peuvent apparaître à la suite d’activités en ligne.

 

·         Dans les écoles, en donnant aux enfants un accès – notamment en distanciel – à des services de soutien psychologique en milieu scolaire et en adoptant des politiques permettant de répondre aux problèmes de santé mentale et de protection de l’enfance.

 

« Pour les enfants et les jeunes eux-mêmes, se préparer à un monde de l’après-COVID plus interconnecté et bienveillant consiste à trouver un équilibre entre leur vie en ligne et leur vie réelle, à entretenir des relations respectueuses et positives avec leur entourage et à avoir accès à l’appui dont ils ont besoin. »

UNICEF