Follow us

  • YouTube - White Circle
  • Instagram - White Circle

©2018 by www.superstarhaiti.com. Proudly created with Wix.com

LES NOUVELLES

6 Février 2020

L’exposition itinérante multimédia en hommage à Toto Bissainthe (1934-1994) fait escale cette fois à Brooklyn et à Montréal dans le cadre du mois de l’histoire des noirs.

Port-au-Prince, le 6 Février 2020

 

Pas de repos pour la Fondation Haiti Jazz… Après Port-au-Prince, le Cap Haïtien, Paris, Fort de France et Miami, c’est au tour de Brooklyn et Montréal, de recevoir l’Expo itinérante « An’n ale » qui rend hommage à Toto Bissainthe, dans le cadre du mois de l’histoire des noirs.

 

A Brooklyn, c’est l’institution « Haiti Cultural Exchange» qui reçoit l’expo dont le vernissage aura lieu ce 7 février, au cours duquel un concert aura également lieu mettant en scène Talie, Nathalie Joachim et Riva Précil. Dans le cadre du programme Diaspora NOW de Haïti Cultural Exchange, ces dernières interprèteront des morceaux tirés du répertoire de Toto Bissainthe avec de nouveaux arrangements. L’expo restera à NYC jusqu’au 12 février, puis se rendra à Montréal, invitée par « Vues d’Afrique », dont le président Gérard Le Chêne, ami de longue date de Toto Bissainthe a tenu cette fois encore à lui rendre hommage (après avoir fait nommer il y a près de 20 ans, une place « Toto Bissainthe » avenue Van Horne à Montréal). L’expo sera présentée au Centre St Pierre à compter du 15 février.

 

« An’n ale », une production et réalisation de la Fondation Haïti Jazz, tente à travers une vingtaine de témoignages vidéo et une quarantaine de photos de scène, de dresser le portrait de cette femme hors du commun, et de retracer son parcours artistique qui l’a mené d’Haïti, à Paris, en passant par l’Afrique, l’Océan Indien, l’Amérique du Nord et la Caraïbes. Après 30 ans d’exil, Toto Bissainthe est rentrée en Haïti en 86 où elle a cherché en vain à s’inscrire professionnellement, elle s’est éteinte en 1994, à Petion-Ville.

 

L’expo numérique :

Une collecte de témoignages vidéo et audio de ses pairs, ses amis et sa famille. La production a donc été recueillir des images à Paris, en Martinique et en Haïti. La liste des témoins n’était pas exhaustive, ce sont les moyens et le temps qui ont dicté la méthodologie. A l’écoute de ces témoignages, on découvre un personnage fort, au talent remarquable, généreux, et lutant toujours pour la justice et la vérité.

 

L’expo photos :

Une trentaine de photos d’archives noir et blanc racontent l’évolution de la comédienne et de la chanteuse sur des scènes européennes, caribéennes, africaines ou encore d’Amérique du Nord. Que ce soit dans « Les bonnes » pièce mise en scène par le grand Jean-Marie Serreau en Martinique et en France, sur la scène du Rex Théâtre avec des « chansonnettes Françaises » dans les années 60, ou plus tard, interprétant les chants traditionnels vaudou avec son groupe « Chants populaires d’Haïti » on sent le fil conducteur qu’était la passion qu’elle avait pour les mots, et pour son pays qu’elle a fait découvrir au public à travers ses tournées internationales.

FONDATION HAITI JAZZ